Sommaire Chapitre précédent

LES SELLETTES

Chapitre suivant

[Terminologie] [axes de mouvements] [Géométrie de la voile] [Les tissus] [Les suspentes] [Les sellettes] [Parachute de secours] [Anémomètre] [Altimètre] [Variomètre] [Boussole]

 

La sellette est non seulement un élément de confort, mais aussi de pilotage dans la mesure où sa conception et son réglage influent fortement sur le comportement de la voile. En fait, il n'y a pas un seul type de sellettes, mais actuellement au moins 5 types différents. Chacun d'eux est plus particulièrement adapté, non seulement à un niveau de pilotage spécifique, mais souvent aussi à un caractère de voile précis. En effet, il faudra éviter le couple voile et sellette sensibles, de même que l'autre extrême. Les constructeurs de voiles indiquent à présent tous le type de sellette préconisé avec leur matériel, ainsi que souvent les cotes de réglages standard.

Les 5 types de sellettes :

Certains de ces types peuvent être combinés : par exemple beaucoup de sellettes actuelles sont à la fois des sellettes points bas et ABS, ce qui permet d'adapter le caractère du pilotage aux conditions de vol, en resserrant plus ou moins la sangle de poitrine.

Chacun de ces éléments présente des caractéristiques précises, que l'on peut exposer comme suit :

 

Classique

Points bas

Pilotage

A B S

Croisillonnée

Tendance à la vrille

faible

faible

très peu

présente

présente

Mise en virage

facile

vive

vive

difficile

difficile

Rappel au neutre

peu

très peu

aucun

efficace

très efficace

Virage à la sellette

normal

efficace

très efficace

difficile

impossible

Risque d'autorotation

faible

oui

oui

faible

non

Roulis inverse

faible

oui

marqué

faible

non

Stabilité / turbulences

normale

faible

instable

bonne

très bonne

Débattement à la commande pour virer

moyen

faible

faible

moyen

Important

Sensation transmise depuis la voile

faible

bonne

très bonne

très faible

aucune

On voit donc que le compromis idéal, une fois de plus, n'existe pas en parapente. La solution des croisillons réglables en vol présente cependant l'avantage d'être en partie adaptable aux conditions rencontrées, ce qui n'est déjà pas si mal. L'idéal serait presque d'avoir un type de sellette pour chacune des conditions rencontrées : pilotage pour les soarings calmes, triangulée pour les thermiques à + 6 ...

Plus sérieusement, on s'en sortira bien à condition de respecter les points suivants :

  • utiliser le type de sellette préconisé par le constructeur de sa voile,
  • apprendre à sentir sa voile et savoir utiliser les réglages permettant d'affiner celles-ci,
  • apprendre à virer à la sellette (indispensable pour les oreilles) et à la régler en vol si sa conception le permet .

 

[Terminologie] [axes de mouvements] [Géométrie de la voile] [Les tissus] [Les suspentes] [Les sellettes] [Parachute de secours] [Anémomètre] [Altimètre] [Variomètre] [Boussole]

Copyright 1994-1998 Fédération Française de Parachutisme - Daniel WOLFF - Tous droits réservés