Sommaire Chapitre précédent

L'ANEMOMETRE

Chapitre suivant

[Terminologie] [axes de mouvements] [Géométrie de la voile] [Les tissus] [Les suspentes] [Les sellettes] [Parachute de secours] [Anémomètre] [Altimètre] [Variomètre] [Boussole]

 

L'anémomètre fait partie des instruments de vol . Ceux-ci ne font mieux voler aucune voile ni aucun pilote, par contre ils fournissent des informations utiles pour optimiser le vol.

But :

Mesurer la vitesse du vent . Celui-ci sera le vent aérien (météo, brise, rafales thermiques, ...) si l'anémomètre est utilisé au sol, le vent relatif s'il est embarqué. Ceci permet de :

  • tracer la polaire des vitesses d'une voile,
  • déterminer l'allure optimale de vol,
  • savoir au sol si la vitesse du vent permet le vol.

Principe :

Il existe deux systèmes bien distincts pour mesurer la vitesse du vent :

Les anémomètres cinématiques, du fait qu'il possèdent un ou des organes mobiles, poussés à la vitesse exacte du vent grâce à la réduction des frottements, indiquent cette vitesse de façon exacte. Ce sont l'anémomètre à coupole du météorologue, ou l'anémomètre à hélice (type SkywatchTM).

L'anémomètre dynamique (Badin ou tube de Pitot) mesure, lui, la vitesse du vent de manière indirecte puisqu'il est constitué d'un capteur de pression qui va détecter le surcroît de pression dynamique par rapport à la pression statique de l'air ambiant. La véracité de sa mesure dépendra donc de la correspondance de la masse volumique de l'air traversé avec la valeur choisie pour l'étalonnage. Il ne donnera des valeurs vraies que s'il y a correspondance de celles-ci, donc à une valeur de pression atmosphérique bien déterminée. Pour toutes les autres valeurs, la mesure sera fausse.

Utilisation :

On aurait tendance à penser qu'il vaut mieux utiliser un instrument exact. Eh bien, cette exactitude n'apporte en aéronautique qu'une satisfaction intellectuelle, celle de pouvoir déterminer la vraie vitesse du vent. En effet, le renseignement réellement utile est bel et bien celui donné par l'anémomètre dynamique, car la vitesse de la voile dépend, elle aussi, de la masse volumique de l'air ! Donc seul un anémomètre dynamique va donner un renseignement invariablement correspondant aux différents régimes de vol de la voile, ceci quelles que soient la température et la pression atmosphérique du lieu de mesure.

Exemple :

En atmosphère standard au sommet du MtBlanc 26km/h de vent lus sur un "badin" correspondent à 33,5km/h de vent "vrai". Mais comme la vitesse de vol correspond aussi à 33,5km/h pour une vitesse vraie de 26km/h au niveau de la mer, on peut se fier à l'indication de l'anémomètre dynamique, alors que les 33,5km/h lus sur un anémomètre cinématique vont amener à se poser des questions sur la possibilité de vol...

 

[Terminologie] [axes de mouvements] [Géométrie de la voile] [Les tissus] [Les suspentes] [Les sellettes] [Parachute de secours] [Anémomètre] [Altimètre] [Variomètre] [Boussole]

Copyright 1994-1998 Fédération Française de Parachutisme - Daniel WOLFF - Tous droits réservés