Sommaire Chapitre précédent

LES NUAGES

Chapitre suivant

[Introduction] [Paramètres d'état] [L'atmosphère] [La force de Coriolis] [Les nuages] [Loi de Buys Ballot] [La perturbation] [Frontologie] [Terminologie isobarique] [Les saisons du parapentiste]

 

Les nuages sont l'expression la plus visible de ce qu'on appelle les météores. En effet, si dans le langage courant ce terme désigne un objet d'origine interstellaire, pour le météorologue il désigne tout simplement et beaucoup plus généralement un ensemble de particules étrangères à la masse d'air, c'est-à-dire à la composition de l'atmosphère. Parmi ceux-ci, on distingue entre autres les lithométéores, qui vont du grain de poussière d'origine volcanique ou de pollution à la météorite, et les hydrométéores, qui sont constitués en majeure partie d'eau, autant dire les nuages généralement (mais les trombes en font partie également).

Pour les classifier, les météorologues ont pris le parti de tout simplement décrire leur forme d'une part, et les situer en altitude d'autre part. Ce qui permet à toute personne avertie de les reconnaître facilement.

Les formes sont :

  • Les nuages en couches, ou strates, qui comprennent le terme stratus (strato-),
  • Les nuages d'accumulation qui comprennent le terme cumulus (cumulo-).

Les altitudes ont été réparties en 3 étages de la troposphère :

  • L'étage inférieur : de 0 à 2000m d'altitude environ (sous nos latitudes),
  • L'étage moyen : de 2000m à 7000m environ,
  • L'étage supérieur : de 7000m aux limites de la troposphère.

Des préfixes sont utilisés pour identifier l'étage d'appartenance du nuage : cirro- pour l'étage supérieur alto- pour l'étage moyen et pas de préfixe pour l'étage inférieur.

Enfin, des suffixes sont employés pour désigner une caractéristique complémentaire éventuelle. Le plus important pour nous est le suffixe nimbus (nimbo-) qui désigne les nuages produisant des précipitations.

Le schéma ci-dessous regroupe les principaux types de nuages :

Les nuages les plus dangereux pour la pratique du parapente sont :

Les nuages à fort développement vertical :

Cumulonimbus en tête, mais aussi Cumulus congestus et dans une certains cas Nimbostratus . Ce sont tous des nuages qui ont une capacité ascendante propre, celle-ci étant dans beaucoup de cas apte à rendre vaines toutes tentatives de fuite verticale ou horizontale. Un parapente "capté" par l'un de ces aimants va littéralement être promené durant des heures et à des altitudes incompatibles avec la respiration et la résistance au froid de l'être humain...

Les nuages symptômes de vent :

Lenticulaires et Cumulus de rotor, qui ne présentent aucun danger par eux-mêmes, mais par ce qu'ils indiquent : vent très fort pour le premier, turbulences pour le second.

 

[Introduction] [Paramètres d'état] [L'atmosphère] [La force de Coriolis] [Les nuages] [Loi de Buys Ballot] [La perturbation] [Frontologie] [Terminologie isobarique] [Les saisons du parapentiste]

Copyright 1994-1998 Fédération Française de Parachutisme - Daniel WOLFF - Tous droits réservés